Les comics sont un genre spécifique de la bande dessinée. Pour de nombreuses personnes, il s’agit simplement de la bande dessinée « à l’Américaine », mais ce n’est pas une définition juste ou complète. Pour mieux comprendre les comics, il faut d’abord se pencher sur leur histoire et comprendre ce qui a façonné leur développement.

Les origines du genre

L’histoire des comics commence, il y a près de 180 ans. Nous sommes alors dans les années 1840. À cette époque, le premier medium de diffusion de la bande dessinée étaient les journaux et autres publications périodiques. Ces premiers comics étaient alors de petits entractes très brefs, qui avaient pour mission de faire rire et de distraire les lecteurs avant qu’ils ne replongent dans des articles plus sérieux. C’est ce caractère bref qui leur vaut au départ d’être connus sous le nom de « comics trips ».

La brévité du format a également forcé les dessinateurs à trouver de nouveaux codes de représentation pour transmettre, aussi efficacement que possible, les informations de contexte dont le lecteur peut avoir besoin. Les bulles, les textes, les décors, le sens de lecture, les vignettes à tailles variables, les représentations de mouvement et de vitesse, la perspective et de nombreux autres attributs des comics modernes, se sont développés à cette époque.

L’avènement et la popularité

On considère souvent que le tout premier comics digne du nom est « The Yellow Kid in McFadden’s Flats », mieux connu par les francophones sous le titre « Le Gamin en Jaune ». Notons que ce comics humoristique est un véritable précurseur du genre. Mais ce n’est de toute évidence pas celui qui a permis au comics de sortir de l’obscurité et de se lancer sur le chemin d’une popularité universelle.

En effet, la grande popularité des comics ne démarre qu’avec les histoires de super-héros. Notamment avec Superman. À partir de 1938, le jeune héro venu de Krypton est publié par une certaine maison d’édition du nom de DC (Detective Comics). Le succès ne se fait pas attendre. Rien qu’un an plus tard, Batman vient conforter le succès du genre.

Et c’est le genre des superhéros qui apporte l’un des éléments caractéristiques du comics : le parallèle avec le monde réel. En effet, les lieux, les personnes, et même les actualités contemporaines servent couramment de décor aux intrigues de ces personnages. Pendant les guerres, Captain America est souvent présent au front et affronte des ennemis évidemment calqués sur le modèle des adversaires des Etats-Unis.

Jusqu‘à nos jours

Au fil des années, les comics vont traverser plusieurs âges. Des périodes pendant lesquelles les personnages atteignent la maturité, pour rester pertinents aux yeux de leurs lecteurs qui ont également grandit. On passe donc d’une enfance dorée pour les comics, à une adolescence d’argent et enfin une vie adulte de bronze. Dans les comics, le mal et le bien sont moins bien définis, les antagonistes sont humanisés et les personnages perdent de leur lustre et leur perfection, pour laisser entrevoir des questionnements et des émotions tout à fait humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *